Faut-il avoir un style?

Pendant longtemps, je partais du principe que je devais être “neutre” pour me fondre dans le décor (une petite fille sage, le rêve de ma maman) et surtout faire oublier mon tour de taille très éloigné de celui d’un mannequin. Donc je privilégiais les jeans en bas, les hauts adaptés à la situation dans laquelle je me trouvais (bcbg si j’étais dans une entreprise, t-shirt pour les loisirs, top tricoté pour les salons où je présente mes créations, etc.). Et ça marchait, j’étais transparente! A force, j’étais devenue une pièce du décor, que l’on ne remarque plus.

elle_est_ou
Elle est où la créatrice?

Comment ne plus être transparente?

Et puis un jour, je me suis dit que si personne ne me remarquais, c’était peut-être que je n’étais pas remarquable. C’est comme une fleur, pour attirer les insectes, elle ne se contente pas de se croire intéressante, elle se différencie des autres qui l’entoure pour être remarquable et donc remarquée. Alors j’ai décidé de m’affirmer en tant que “moi” et tant pis si cela dérange certaines personnes, au moins je ne serai plus transparente.

Mais par où attaquer? Comment m’y prendre pour avoir une apparence en accord avec ma créativité? Je ne suis pas spécialiste en mode, ni conseillère en style! Bon j’ai un défaut, je l’avoue, j’aime bien trouver mon chemin toute seule. Alors Et je me suis posé les questions suivantes:

1.Qu’est-ce qui me correspond?
Pour pouvoir y répondre, j’ai réfléchi à ce que je faisais de mes journées, de mes soirées, de mon temps libre.
Faites l’exercice, vous verrez, certaines évidences vous sauteront aux yeux.  Par exemple, si vous êtes factrice toujours dans le mouvement vous n’allez pas privilégier les talons hauts, au contraire de l’hôtesse d’accueil qui doit toujours être très féminine. Et si vous n’êtes pas une grande sportive, à quoi bon garder tout l’équipement de ski pour “le jour où…”?

2.Quels sont mes points forts?
Il est urgent d’arrêter de faire une fixette sur ce que vous n’aimez pas chez vous (moi, j’ai un bidon, je n’ai pas de belles longues jambes de gazelle et je suis incapable de tenir sur des talons, et après?)! De toutes les manières il faut faire avec. Alors la bonne question est ce que je peux mettre en évidence pour faire oublier le reste. J’ai un long cou: vive les boucles d’oreilles allongées; j’ai une bonne poitrine, ok autant jouer avec et ne pas essayer de la cacher; etc.

3.Quelles sont mes valeurs?
Et bien oui c’est important les valeurs. D’accord, on ne les porte pas tatouées sur soi (quoique…), mais ce que l’on porte les reflète.
Je pense par exemple à ma fille qui refuse de porter des jeans décolorés depuis qu’elle a fait un mémoire sur leur production et les atteintes à la santé des (jeunes) travailleurs qui les font. Quant à moi, j’ai décidé qu’une créatrice devait encourager le monde de la création. Avec un peu de recherche, j’ai trouvé des créateurs/trices qui font des habits-chaussures-vêtements-accessoires-bijoux qui me correspondent et qui ne sont pas forcément plus chers qu’en grande distribution, avec la touche unique en plus.

4.Quels sont mes goûts?
Toutes les méthodes recommandent de se faire son “moodboard” personnalisé. En termes simples: rassembler des visuels où un ou plusieurs éléments nous plaisent.

“Plus que de chercher à ressembler à la jeune fille filiforme qui porte les vêtements, le but est de constater que vous appréciez beaucoup plus les couleurs sombres que les motifs flashy, par exemple.” (Mélanie Blanc, “Fashion ,  mais pas victime” p. 14)

Ou l’asymétrie que le boutonné sage au quart de poil. Ou l’encolure en V que le col-roulé. Et peu importe ce que dit la mode, l’important c’est ce qui vous attire.

5-Que dois-je éliminer?

“On porterait 20% de notre garde-robe le 80% du temps. Vous ne le croyez pas? Prenez-vous en photo chaque jour avant de sortir. Faites-le pendant quelques temps et observez le résultat”. (Mélanie Blanc, “Fashion ,  mais pas victime” p. 27)

Enfin, l’horizon est plus clair, vous avez une idée de ce que vous voulez, ou en tout cas de ce que vous ne voulez plus. Respirez un bon coup, ouvrez vos placards et les sacs et … lâchez-vous: ce qui ne vous va plus ira forcément à quelqu’un d’autre!  J’ai fais le tri il y a quelques années, j’ai perdu le compte des sacs de 35l après la trentaine…

Que faut-il éliminer?
a) Tout ce qui n’a pas été porté la dernière année, sauf exception bien sûr. Si l’été a été pourri, vous n’avez pas eu l’occasion de porter vos tops, c’est normal. Et si vous avez eu la jambe cassé, il est logique que la combinaison de ski soit restée au placard.
b) Tous les vêtements qui ne sont plus à sa taille. Oui je sais, c’est dur…. mais de toutes les manières, si vous perdez du poids, vous aurez envie de racheter des nouveautés, alors!
c) Les pièces-fétiches: tellement portées qu’elles ont plus de vides que de pleins,  offertes par …. que vous regrettez tant (mais qui n’a jamais été à votre taille), etc. Toujours dans les exceptions bien sûr les vraies belles pièces: sa robe de mariée ou la veste de grande marque (une folie mais tellement classe à chaque mariage -tous les cinq ans).
d) Les habits qui ne correspondent plus à son âge. Pour moi, j’ai éliminé des kilos de jeans et de chemises à carreaux qui étaient mon uniforme vingt-trente ans auparavant.
e) Et encore: tout ce qui est tâché, usé, élimé, bouloché, éculé … (on préfère toujours manger le pain frais et non le reste de la veille), les épaulettes, les soutiens-gorges avec des bretelles transparentes (et ceux qui vous compressent),  les pièces tellement uniques que vous ne savez jamais quand les porter (le bonnet péruvien de mon adolescence, l’étole brodée hongroise souvenir d’un voyage,…), tout ce qui vous fait douter (j’ose le mettre ou je suis trop boudinée?), les tenues “au cas-où” (en toute franchise, combien de cas-où avez-vous eu depuis que vous l’avez achetée?)

6.Comment aller de l’avant?
S’habiller doit rester un plaisir. Ce n’est ni une corvée, ni une torture, ni un déguisement. Attention donc aux virages de style trop radicaux, allez-y étape par étape. En ce qui me concerne, j’ai commencé avec les bijoux, quelques petites touches ici ou là.  Puis j’ai personnalisé les hauts: exit les fermetures sages, les boutons qui baillent sur la poitrine, les cols alignés et le “politiquement correct”. Vive l’asymétrie et les détails originaux (volants, martingales,  liens à nouer, empiècements, dentelle, ….).  Ensuite les bas avec des formes qui ré-équilibrent ma silhouette et des détails qui me plaisent. Et enfin les chaussures: en harmonie le nouveau style, tentant compte du fait que je suis trèèèès pénible des pieds, j’ai eu de la peine, mais j’ai trouvé! Faites sur mesure, elles sont extras! Et tout ça chez des artisan(e)s bien entendu .

Faire rimer style et avenir…

J’ai amorcé ma réflexion personnelle il y a presque trois ans et, étapes après étapes, je peux dire maintenant que je ne suis plus du tout  le caméléon terne d’alors. Voici quelques réflexions que l’on m’a faite:

*Sur un salon: “C’est magnifique votre tenue, on voit tout de suite que c’est vous la créatrice”.

*Dans une entreprise: “Vous avez un style très… spécial… original …. pas du tout le même qu’ici, mais ça vous va et vous le portez bien.”

*A la maison: “Je n’y ai jamais cru à toutes tes histoires, mais je dois reconnaître que cela te va bien”.

Et je continue à affiner, à tester de nouvelles choses (parfois à me tromper aussi, cela fait partie du jeu), et j’apprends à supporter le regard interrogateur des autres, bref je continue à évoluer. C’est aussi cela qui est magique dans son propre style, c’est qu’il n’est pas figé, il nous reflète là où nous en sommes dans notre vie et continue à grandir avec nous.

Pour conclure, j’aime bien cette image:

“Le style, c’est l’axe autour duquel tourne la roue. Le pneu s’use avec la route, pas lui.”
Daphné Roulier, journaliste présentant “L”effet Papillon sur canal+ le samedi à 13h45 en clair.

Et vous, où en êtes-vous dans votre style? Est-ce pour vous une attitude innée, ou avez-vous comme moi traversé différentes étapes? Avez-vous des anecdotes drôles à raconter -les grands ratages, les beaux succès?

1Pingbacks & Trackbacks on Quel est votre style?

C'est à vous!